mardi 29 octobre 2013

Ma relation avec la mort...

''Cueilliez dès maintenant les roses de la vie car jamais le temps ne suspend son vol et cette fleur qui s'épanouit aujourd'hui, demain déjà sera flétrie.''
 
Anonyme
 
J'ai une relation méprisante avec la mort... Quoi qu'elle puisse être une solution à la souffrance du malade, elle brise tout sur son passage...
 
Plus je vieillis, plus elle fait partie de ma vie. Le temps vient chercher des proches, la maladie aussi.
 
La première fois que j'ai eu à négocier avec la mort, je m'en souviens comme si s'était hier, pourtant, il y a plus de 20 ans. Une coéquipière est décédée dans un accident de voiture. Nous partions pour un tournoi. Nous avons joué pour elle... mais nous n'avions pas le cœur à la joute. Au retour, nous sommes allées la retrouver au salon funéraire. Je me souviens encore du visage de son père, de la rougeur et de la moiteur de sa peau. ll a tant pleuré ce pauvre homme. Sa peine m'a transpercé au moment de l'étreinte. Je l'appréciais cet homme, il fut le premier à croire en mes capacités en tant qu'entraineur.
 
Depuis, je fuis les salons funéraires, car cette image me hante toujours. Je m'entraîne et je fais tout en mon pouvoir pour garder la forme et la santé... comme si j'avais peur de la mort, ma propre mort.
 
Depuis les dernières semaines, je sens la mort autour. La mère d'une amie se meurt, le cancer de ma copine Marie est revenu, ma belle-sœur n'est plus, mon grand-papa vieillit et d'autres aussi...
 
Jamais je n'aurais pensé que la mort partagerait tant ma vie. Je croyais que j'en serais protégé. C'est fou comme j'ai pu m'en sauvé durant tant d'années, l'éviter, ne pas avoir à la côtoyer...
 
Maintenant, je dois l'admettre, les plus belles fleurs flétriront un jour ou l'autre. Aimons-les, prenons-en soi pendant qu'elles sont belles. Tant qu'il y a de la vie, elle se doit d'être belle.
 
Prenons soins de nous!
 
Crédit photo: Fleur d'âme
 

2 commentaires:

  1. Magnifique. Vrai. Beau. Touchant !

    Je n'ai pas eu a côtoyer souvent la mort. Mes deux grands-père et une grand-mère. Difficile. J'ai été par contre confronté à la maladie et à la peur d'un proche. Je ne peux pas imaginer la mort de ceux que j'aime. Comme tant de chose dans ma vie, cela me fait très très peur. Je les aimes tant et je ne leur dit pas assez souvent ! Je vais de se pas le faire !

    Bonne journée !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Éphémère! C'est toujours surprenant d'arriver à écrire des choses magnifiques et jolies avec des situations et des événements tristes...

      Dire aux gens que nous aimons qu'on les aime. Tu as raison, il faut le faire maintenant.

      Supprimer

Votre commentaire est apprécié et important. J'y répondrai assurément.